Une belle journée en Côte d’Ivoire

Dimanche 6 juillet, les membres de la Communauté de Co-écoute de Côte d’Ivoire ont tenu leur premier atelier de l’année. Ils voulaient consacrer une journée entière à la décharge.

Je savais que comme toute activité humaine, ça n’allait pas être facile, mais tout est possible à qui sait oser. De fait, nous avions subis des pluies torrentielles jusqu’à la veille de la rencontre, journée pendant laquelle il avait plu pendant plus de quinze heures. Des voies entières étaient coupées. Des maisons étaient inondées. Pourtant, les membres étaient bel et bien là le lendemain matin.

Nous attendions vingt personnes, et dix-neuf sont venues. Je crois que cela était dû au fait que j’avais établi un lien personnel avec chacune d’entre elles en tant que dirigeant. Les appels téléphoniques et les fréquentes visites pour des séances avaient permis de créer des liens profonds entre elles et moi. A quelques jours de l’atelier, j’avais visité tour à tour chaque personne et fait une courte séance avec elle.

L’atelier a démarré vers 9h. Après les présentations de chaque membre et un bref résumé de la théorie de base de la Co-écoute et du Guide*, les participant-e-s ont déchargé sur divers thèmes: entre autres, les faits marquants de leur enfance, les difficultés liées à la crise socio-politique depuis 2002, les relations parents-enfants et l’engagement dans la Co-écoute.

Un groupe de femmes et un groupe d’hommes ont été formés. Les hommes ont parlé du travail, alors que les femmes ont planché sur l’éducation. Les participant-e-s en étaient tellement ravis que juste après le déjeuner, ils ont demandé que l’atelier reprenne aussitôt.

De la littérature de Co-écoute, comme le fascicule «Comment débuter la Réévaluation par la Co-écoute», a été distribuée aux participant-e-s. Vers 16h, l’atelier s’est terminé par des appréciations.

Au total, ce fut une belle journée!

Cyrille Zounon
Abidjan, Côte d’Ivoire

Impressions de quelques participant-e-s

Je me sens à l’aise. J’étais un peu crispé au départ, car je me demandais comment ça allait se dérouler. Au final, j’ai découvert d’autres personnes, et j’ai énormément déchargé. Je souhaite qu’on ait ce genre de rencontre plus souvent!

Un membre de la
Communauté de Co-écoute

 

Cyrille me donnait des textes que je lisais. Mais j’avoue que c’est aujourd’hui que je découvre réellement la Co-écoute. Ma préoccupation, c’est de faire en sorte que la Co-écoute se propage vite ici.

Un participant nouveau
dans la Co-écoute

 

J’avais quelques appréhensions en tant que responsable religieuse. Je devrais être à une grande réunion ailleurs. Je suis restée et je ne regrette rien. Je me sens libérée. La Co-écoute est une famille.

Un membre de la
Communauté de Co-écoute

 

Que dire, sinon que je viens de découvrir une nouvelle famille. Je n’ai jamais vu ça. Je suis prête à suivre vos réunions. S’il vous plait, faites-moi signe à tout moment… Merci beaucoup!

Une participante nouvelle
dans la Co-écoute
 


* Le Guide pour les Communautés de Réévaluation par la Co-écoute — les règles de fonctionnement des Communautés de Co-écoute


Last modified: 2019-05-02 14:41:35+00