News flash

🌏  WEBINARS  🌍

Threats from Nuclear Weapons
led by Julian Weissglass
February 11

Unified Goal on the Climate
led by Diane Shisk
& Janet Kabue
March 4 or 5

O.2. MÉDICAMENTS PSYCHOTROPES, CLASSES ET ATELIERS DE CO-ÉCOUTE

Les personnes qui prennent des médicaments psychotropes au moment où elles rejoignent une classe de Co-écoute (Voir la Règle C.2.) doivent être informées de la politique de la Co-écoute vis-à-vis de ces médicaments. On doit leur préciser que l'utilisation de ces médicaments limitera les bénéfices qu'elles retireront de la Co-écoute. Il est nécessaire qu'elles sachent qu'après le premier cycle de classes, elles seront encouragées à cesser la prise des médicaments de manière à décharger les blessures que les médicaments avaient empêché de ressentir et de décharger.

Les membres d'une classe de Co-écoute qui prennent des médicaments psychotropes informeront leur formateur-formatrice de cet état de fait.

Un-e Co-écoutant-e prenant des médicaments psychotropes et souhaitant participer à un atelier de Co-écoute obtiendra préalablement la permission de la personne dirigeant l'atelier.

Celle-ci consultera la Personne de Référence Régionale (PRR) dont dépend la personne concernée avant de prendre une décision.

RAISON

Nous ne souhaitons pas exclure des gens de la Co-écoute au prétexte qu'ils prennent des médicaments psychotropes. Ces personnes doivent cependant répondre à nos critères de base (appliqués à quiconque rejoint la Co-écoute) de participation à la Co-écoute (Voir la Règle C.2.). Elles doivent être informées de notre politique vis-à-vis des médicaments psychotropes et de sa justification.

Il peut être difficile pour une personne prenant ces médicaments d'évaluer précisément les ressources disponibles dans un atelier et de juger de la façon responsable de les utiliser. La personne dirigeant l'atelier doit être prévenue et discuter avec la PRR concernée de la capacité de cette personne à participer à l'atelier.


Last modified: 2019-05-02 14:41:35+00